Truite au vairon truite à la mouche mes passions

Truite au vairon

Truite au vairon

Truite au vairon

Pêcher la truite au vairon a toujours été l’une de mes passions et je vais profiter de l’occasion pour vous parlez d’un séjour que j’ai fait dans le Cantal il y a quelques années maintenant.C’est un client qui était devenu un ami qui m’a indiqué cet endroit,lui avait épousé une fille de Saint Martin Cantalès à quarante minutes en voiture de Laroquebrou.

Laroquebrou située à quelques kilomètres de Aurillac en plein Cantal est une petite ville très accueillante et ou coule une magnifique et dangereuse rivière ses gorges,la Cère.

Nous avions trouvé un hébergement en pleine campagne,une pension de famille formidable à la gare (désaffectée)de St Illide ou il nous était possible d’assister à la préparation des repas,de participer et de proposer notre envie du jour,notre préférence allait vers les choux farcis et les spécialités du secteur où nous ne sommes restés que quatre jours malheureusement mais quatre jours a faire tous les ruisseaux du secteur et il y en a beaucoup,vous pouvez me croire.

Nous avons décidé avec mon pote Marco de faire le coup du soir à la mouche et le matin tôt,j’allais dans les gorges pêcher au vairon.C’est assez dangereux de partir seul dans les gorges et il faut vraiment faire attention,un accident est vite arrivé.De plus,il vaut mieux être léger pour voyager dans les rochers,j’étais donc équipé de mon wader ,un sac à dos avec mes vifs,que l’on faisait dans les ruisseaux alentours,ma boite avec les tripes et quelques bobines de nylon,les montures,quelques chevrotines sans oublier l’épuisette pliable.

La canne,ma Pezon et Michel,moulinet Contact avec en corps de ligne du 26/100.Le montage est fort simple puisque sur le corps de ligne,j’ajoute un bas de ligne de 22/100 avec un nœud baril puis mon vif et terminer par la monture.

Le premier jour,j’ai pêché jusque onze heures et je suis rentré capot,pas une touche mais quelques casses dans le fond mais le deuxième matin,je me suis fais plaisir avec plusieurs poissons dont une Arc?,ce qui m’a déçu mais bon elle était de bonne taille et une Arc se bagarre bien surtout à ces endroits où il y a beaucoup d’eau.

Mon troisième et dernier matin a été formidable,j’ai pris une sauvage de plus de quarante et deux autres de vingt cinq plus une casse hé oui.Par contre ce matin là j’ai rencontré un autre pêcheur qui devait avoir lui aussi pas mal dérouillé vu la tête de sa musette et pas que des petites!Lui aussi pêchait au vairon mais d’après ce que j’ai pu voir,il pêchait un peu comme moi je pêche à la balle,c’est a dire à l’aplomb des gouffres,en montant et descendant son vif,étonnant mais efficace apparemment.

Truite à la mouche

En discutant avec quelques pêcheurs du côté du camping,j’ai appris que comme partout ici aussi il y avait des lâchers mais bon,il y a aussi des sauvages comme on dit.Le premier soir,avec Marco,nous avons pêcher au dessus de Laroquebrou sur un grand plat où il y avait énormément de gobages (ce n’est rien de le dire) et bien entendu,nous n’avons rien pris.Toute ma boite à mouche y est passée et je suis même descendu en 6/100 pour voir tout en sachant que si j’en pique une c’est la casse!Mais pas une touche les truites ne semblent pas intéressées par mes mouches.

A la pension,en dînant avec Marco et nos dames,celui-ci me dit que nous n’avons pas la bonne mouche et que nous n’allons rien prendre,vous savez comme moi que si ce n’est pas la bonne et bien pas de truites.Mais ce que Marco a oublié de me dire c’est qu’il a ramassé ces fameuses mouches de la Cère et après avoir fini de dîner,direction les étaux pour une séance de montage.

Nos mouches,une fois terminées ne sont pas jolies jolies mais nous verrons bien le lendemain si cela marche.Nos mouches me font peur,elles ne ressemblent à rien,c’est un croisement de Peute de Sedge et de fourmi.De retour sur le secteur de la veille,nous testons nos créations et cela semble tenter quelques poissons qui se déplacent pour venir voir mais pas de prises ce soir là.A notre décharge,il faut bien dire que des mouches elles en ont vu passer un paquet depuis le début de saison et qu’en plus elles sont vraiment très méfiantes donc c’est encore plus difficile.

Le troisième jour je ne rentre pas trop tard car nous avons prévu de faire une balade à Aurillac pour nos dames et pour nous un ptit coup de pêche dans le secteur.Je n’en suis pas absolument sûr mais il me semble bien que c’est la Cère qui coule ici aussi.Nous avons décidé avec Marco de pêcher au vairon.

En fin de soirée c’est la fête puisque je touche un bel Ombre de plus de cinquante qui a mordu sur mon vairon,ce n’est pas la première fois que cela m’arrive car sur la rivière l’Huisne dans l’Orne,cela m’est déja arrivé.

Nous avons juste le temps de faire le coup du soir et à peine arrivée nous attaquons avec Marco.Nous allons pêcher deux heures et pour ma part,c’est la capote mais pour Marco c’est deux belles farios prisent avec nos supers créations comme quoi!

Que vous dire pour terminer ce billet?Si vous allez un jour dans le secteur,il faudra que vous essayez car cette rivière est pleine de surprises et de poissons.Attention car comme vous pouvez le voir à travers ces lignes,ce sont des poissons difficiles mais quelle belle récompense lorsque vous en touchez une.
Et vous vous connaissez la Cère?

[recom]